Au sujet des étiquettes des arbres du verger:

La réalisation et l’installation de la signalétique actuelle sont le fruit d’un gros travail. Or, les ardoises se révèlent fragiles; d’autre part, le musée propose son aide financière et technique pour une installation plus pérenne.
Laquelle?
 
Quel serait le cahier des charges?
-un étiquettage le plus durable possible
-une lecture facile et agréable pour les visiteurs
-une apparence neutre, homogène et esthétique
 
Deux points à distinguer :
-la notice elle-même : quel support,quelle taille, et pour le texte quelle typographie, quelle illustration ?
-le mode d’accrochage : deux possibilités:
        dans l’arbre (mais le feuillage peut géner la lecture, et l’emplacement varier selon la forme de chaque arbre)
        dans le sol, comme maintenant: obstacle signalé : le rotofil serait difficile à passer
 
Roger Court veut bien centraliser les remarques, sur place et à partir de ce qui sera exprimé ici
N’hésitez pas à formuler vos suggestions, vos expériences dans d’autres vergers, votre pratique
Consultation ouverte jusqu’à la mi novembre

Cet article a 1 commentaire

  1. Pour ma part, j’aime beaucoup le système actuel pour l’accrochage : matière, forme et couleur des tiges dans le sol; c’est simple et homogène; l’orientation des cartels peut être choisie en fonction du déplacement des visiteurs dans les allées; c’est solide, peut-être trop. L’inconvénient signalé,à ma connaissance, n’est pas une découverte puisque les premiers fers ont été posés il y a plus d’un an maintenant
    Petite suggestion pour les étiquettes : une même couleur pour leur fond, dans un même canton, et donc pour une même période historique. La poésie et la fantaisie des noms de variétés sont remarquables!

Laisser un commentaire

Fermer le menu